Samuel Beckett

Beckett de dos

Monsieur Beckett,

J'ai des cailloux dans mes poches.

Salutations,

ST.

Visage de Beckett

Il n'y a pas grand chose à savoir sur Samuel Beckett. Résumons :

  • 1906 - 1989, Samuel Barclay Beckett né à Dublin en Irlande et meurt à Paris.
  • On peut lui rendre visite sans rendez-vous au cimetière Montparnasse ;
  • Il obtient le prix Nobel en 1969, il ne se rend pas à la cérémonie ;
  • Entre 1947 et 1950 il écrit la trilogie (en français) :
  • Molloy
  • Malone meurt
  • L’innommable
  • Un an plus tard il écrit En attendant Godot

Il y a plein de sites consacrés à Samuel Beckett sur le oueb.

J'ai lu Molloy une fois, puis deux, depuis j'en lis des bouts souvent. Molloy c'est un roman sans preuves. Molloy est là, il se meut (difficilement), il voit des choses, parle parfois, baise parfois, pète beaucoup. Aucun indice sur ses motivations, sur ses reflexions, sur ses buts. Regardez-y de plus près, jamais les choses ne sont dites, c'est le lecteur qui s'oublie et établit des relations de cause à effet. Mais elle n'existent objectivement pas.

Suit Malone meurt, dont je n'ai qu'un vague souvenir.

L'innommable ne peut pas se lire comme ça. Quand j'en aurais la force je re-tenterais l'aventure. Non non, ne pensez pas que c'est dur à comprendre, c'est insoutenable à lire, tout simplement. Une fois je suis arrivé presque à la fin, ne restait que 6 phrases et 40 pages.

Je m’aperçois que je n'ai rien dit qui pourrait vous donner envie de lire Beckett, finalement. C'est vrai, là, je cale. Beckett est différent, la prochaine fois que vous allez dans une librairie, prenez n'importe lequel, ouvrez le à une page quelconque, lisez. Si vous trouvez que les mots sonnent différemment, voilà, c'est ça. Sinon, rien.

Vous trouverez son oeuvre dans n'importe quelle bonne librairie, aux Éditions de Minuit.


Note: Je déteste le verbe lire à l'impératif. Ça me rappelle l'école. Élève Lambda, lisez ! Non. Pourquoi moi et pourquoi ça ? Je ne me souviens même plus ce qu'on lisait. Par contre, je me souviens qu'au CM1 (je crois), l'instit' distribuait des livres pour lire chez soi. Elle prenait un bouquin, le brandissait, et les mômes soumissionnaient. Par contre - cette conne - se permettait un droit de veto : Non, toi tu ne peux pas lire ça, c'est trop dur pour toi.


Mai 2000

0 Commentaires
Loading...