Solaris d'Andrei Tarkovsky en 8 épisodes, produit par Netflix : KATLA

Solaris d'Andrei Tarkovsky en 8 épisodes, produit par Netflix : KATLA

Vous connaissez Solaris, l'un des chef d'oeuvre de science fiction, dirigé par Andrei Tarkovsky ? C'est une libre interprétation mystique de la nouvelle de Stanislas Lem parue en 1961, le film est sortie en salle en 1972. Je ne parlerais pas ici du remake pourrave et récent de Steven Sodenbergh, qui, comme il est écrit sur la page Wikipedia du film :

« excludes Lem's scientific and philosophical themes ».

D'ailleurs l'auteur n'a pas vu cette adaptation, disant même :

« ...to my best knowledge, the book was not dedicated to erotic problems of people in outer space... [...] This is why the book was entitled "Solaris" and not "Love in Outer Space". »

Bref, concentrons nous sur le sujet de ce billet : la série KATLA, disponible sur Netflix. Katla est le nom d'un volcan assez actif situé au sud de l'Islande. Les photos des alentours montrent un paysage surréaliste, de la neige recouverte par les cendres produites par l'irruption du volcan tout proche, l'Eyjafjallajökull,  en 2010  :

Quand à Vik, petite ville côtière, elle possède aussi des atouts surprenants, dont le toit de son église et  sa plage de sable noir, son épave d'avion...

On a parlé de Vik dans les informations en 2010, quand tous ses habitants ont dû être déplacés pendant quelle était recouverte des cendres de l'irruption de l'Eyjafjallajökull.

Une courte vidéo vous montrent la ville et ses alentours :

La série Katla

Attention spoilers !

Les décors

La série à été tourné à Vik, en 2020, en pleins épidémie de Covid 19. Il est probable que cet élément ait modifié le scénario originel. En tout cas, grâce à cet épidémie, la ville s'est retrouvé vide de tout touriste, ce qui a dû, dans une certaine mesure, faciliter le tournage.

Je n'ai pas remarqué d'images outrageusement générées par ordinateur (CGI). Le sol naturellement composés de roches noirs par endroits, la plage de sable noir à proximité, offrant une quantité illimité d'un simili de cendres ont été mis à profit. On le remarque quand Thor déterre l'oiseau de ce qui devrait être des cendres, donc sans doute très fines, mais qui ressemble en effet à du sable noir.

On retrouve quelques points de vues utilisés dans cette video :

Les acteurs

Je n'en connais aucun, bien que d'après IMDB, certains ont déjà une belle carrière derrière eux.

Grima est interprétée par Guðrún Ýr Eyfjörð dont c'est sans doute son premier rôle important, mais qui est connue comme chanteuse sous le nom GDRN. Ses fans la retrouveront sur son compte Instagram !

Si vous voulez en savoir plus, il y a un bon article sur les acteurs de la série sur ce site.

Aliette Opheim, Suédoise, joue le rôle des deux  Gunhild. Elle a été visiblement vieillie, son instagram la trahie elle aussi.

Vous pouvez les voir s'adresser à vous dans ce making of/behind the scene proposé par Netflix :

La mise en scène


La série est en 8 épisodes, dont les titres et descriptions de Netflix nous déroulent l'intrigue :

  1. Sous le glacier
    Alors que les survivants continuent de faire face aux conséquences de l'éruption du Katla, une femme recouverte de cendres fait son apparition sur le glacier.
  2. Ása
    Venue de l'ombre, une visiteuse surprise mobilise toute l'attention de Gríma. Alors que la terre gronde sous leurs pieds, Darri et Gunhild entendent l'appel du Katla.
  3. La mère
    La cruelle et glaciale réalité de la vie à Vík í Mýrdal touche Gríma de plein fouet. Darri examine en secret une étrange découverte. Gunhild affronte la nouvelle venue.
  4. Ce n'est pas lui
    Rêve ou cauchemar ? Troublée, Gríma revient au camp chercher des réponses. Darri se rend à Vík pour des retrouvailles. Bien que tiraillé, Thor se laisse émerveiller.
  5. Vents du nord
    Une révélation choquante qui aurait dû offrir des réponses ouvre un gouffre de questions. L'histoire se répète lorsqu'une tempête de cendres mortelle s'annonce.
  6. Gríma
    Gríma essaie de comprendre le grand mystère auquel elle fait face. Rakel change d'avis, et Gísli reçoit une visite inattendue.
  7. D'un autre système solaire
    Les ombres n'en font parfois qu'à leur tête. Sur le lieu de l'accident, Rakel se confie à Gríma. Darri explore la crevasse en quête de réponses.
  8. Je suis toi
    Qu'est-ce qui est réel, qu'est-ce qui ne l'est pas, et est-ce important ? La vérité éclate, la peur grandit et le mystère menace de tout balayer.

Je vais lister les similarités et les différences avec Solaris.

Les similarités

Nous retrouvons de nombreuses séquences de Solaris (le film) :

L'apparition inexpliquée d'une femme, Hari, la femme de Kelvin, sa surprise à lui et à elle, pour qui c'est comme s'il ne s'était rien passé. On apprendra plus tard qu'elle s'était suicidée.

Les différences

Des personnages se rencontrent eux même, à des âges différents. Parfois ils sont tous les deux vivants, comme Gunhild, jeune, et en tant que mère, avec 20 ans de plus, ou bien l'un des deux personnages est mort, comme :
Ása la soeur de Grima, morte gelée sur le glacier,
Mikael, fils de Darri et Rakel

Conclusion

J'ai vu plusieurs fois Solaris. et pendant le visionnage de la série Katla, ce qui m'a pris une nuit, j'ai beaucoup repensé à Solaris. J'y vois vraiment des similarités, ce qui m'est apparu de façon criante au moment où Darri et Rakel remarquent que les souvenirs de leur fils Mikael sont limités à leur souvenirs à eux. C'est le point central de Solaris, cette planète recouverte d'un océan qui quand on s'en approche fait réapparaitre les êtres chers à jamais disparus. Les personnages du film et de la série ressentent la même chose face aux apparitions des disparus, d'abord la surprise, puis la reconnaissance de leur présence physique, réelle, palpable, le désir de retoucher la personne, de la sentir, d'être à nouveau proche. Ensuite l'esprit confus cherche des explications, les mystiques dans l'existence de Dieu qui à pu rendre ce miracle possible, d'autres entament une lutte contre leur esprit cartésien qui interdit un tel miracle. Face à ces dilemmes, les réponses sont multiples, comme dans Solaris. Comme par exemple se débarrasser de cet ersatz, comme le fait Kelvin ou Sartorius, Darri et Rakel, avec les efforts surhumains que cela suppose. Le scénariste de Katla apporte une nouvelle issue possible : l'original décide de remettre sont sort et celui de son clone au hasard. Cela est possible dans le contexte où l'entourage direct est incapable de faire la différence entre les deux, et préférant la copie parfaite, celle dont il a sans doute rêvé, ignore l'original et ses défauts : ces défaut qui font d'elle une humaine. Ainsi la version humaine de Grima défit son clone à la roulette russe. Elle perdra, et acceptera son sort en connaissance de cause, ultime acte d'amour envers Kjartan, son mec, désavouant ainsi l'incertitude déclaré à son clone à ce sujet.

Elle perdra, le clone vaincra : c'est ce qui est suggéré dans la scène qui suit la mort ou la destruction d'une des deux Grima, sans qu'on sache exactement laquelle des deux est « morte » : ce n'est pas clairement montré.

Le clone peut aussi disparaitre de sa propre volonté, comme s'il avait un but, que celui ci était atteint, et avec cette certitude, va organiser sa disparition, que l'on pourrait faussement interpréter comme un suicide. C'est ce qui arrive à la sœur de Grima, Ása,  quand on retrouve son corps et que l'analyse de l'ADN prouve que c'est bien sa sœur.

Ces deux récits, Solaris et Katla, vont longtemps rester en moi, car ils ont soulevés des pensées que j'ai souvent, que peut être ont à tous un jour ou l'autre, quand la mort fait irruption dans sa vie. Elle fracasse sa monotonie, elle crée des blessures dont, si on est exempt de croyances mystiques à ce sujet, laissent des cicatrices, d'abord douloureuses, puis de moins en moins, mais qui réveillent les souvenir si on se repenche sur elles.

Katla 2 est en préparation. Je suis curieux de savoir quels orientations seront prises, quelles chemins nous proposera le réalisateur. J'espère en tout cas y retrouver l'esthétique de la saison 1, et ses acteurs.

Crédit photo :

File:Víkurkirkja in Iceland.jpg - Wikimedia Commons
File:Man looking at black beach (Unsplash).jpg - Wikimedia Commons

https://www.expedia.com/Vik-I-Myrdal.dx6130429


Share Tweet Send
0 Commentaires
Chargement...
You've successfully subscribed to La Chienlit
Great! Next, complete checkout for full access to La Chienlit
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.